DIY: un grand étendoir à linge mural

Le projet cette fois ci était d’arrêter de s’ennuyer avec l’étendoir qu’on a (celui que tout le monde a ou a eu : le pourri vertical, en fil de fer blanc, branlant, qui perd ses roulettes en trois semaines, ne tient jamais droit, et dont les étages sont trop courts pour étendre un t-shirt adulte, sans parler d’un pantalon). Il est tellement pourri, notre étendoir, qu’on met toutes les machines au sèche-linge, ce qui heurte notre sensibilité écologique.

Nous sommes partis sur l’idée d’un étendoir mural repliable, en trois étages : un étage avec un filet pour étendre les pulls en laine, un étage avec quatre paires de fils et un étage avec six paires de fils. (Enfin « nous », c’est l’idée d’Abi).

Je parle de paires de fils car Abi a eu une super idée (oui encore elle, à croire que le linge c’est principalement sa charge mentale…) : comme on préfère étendre les trucs à cheval sur deux fils plutôt qu’avec des pinces à linge, nous avons rapproché un fil sur deux afin de ne pas perdre de place.

Chaque étage fera 2,20m de large ; l’étendoir à pull fera 70cm de profondeur, et les étages à fils feront respectivement 45 et 70cm de profondeur. Le plus profond sera en haut, permettant d’étendre des trucs longs vers l’avant, sans conflit avec l’étage du dessous.

Pour faire les cadres, j’ai pris des tasseaux de 32×50, histoire que ça garde une certaine rigidité. J’ai prévu d’ajouter des équerres métalliques pour renforcer. D’autre part pour pouvoir les replier, il nous faudra des charnières, de la chaîne (pour le tenir horizontal), de grosses rondelles (pour fixer la chaîne), et enfin des arrêts de volets battants pour les tenir en position redressée.

Une fois n’est pas coutume, la liste de courses est chez Bricoman. Il nous faut donc :

Venant de chez Amazon,

Et venant de chez Leroy-Merlin (oui, j’ai fait les courses à trois endroits pour économiser sur certains trucs)

Pour l’outillage on a besoin de :

  • Un mètre
  • Une scie à bois (manuelle, sauteuse, sur table, …)
  • Une perceuse/visseuse
  • Une équerre
  • Un foret bois 3mm et un 5mm
  • Une ponceuse / du papier de verre
  • De la lasure
  • Un pinceau
  • Un coupe-boulon (pour couper les chaînes)
  • Un perforateur ou perceuse à percussion
  • Un marteau
  • Un niveau à bulle
  • Une agrafeuse électrique
  • Une clé à molette

La première étape est de couper tous les tasseaux à la bonne longueur. Conseil habituel : pour chaque longueur, mesurez la première, puis utilisez la première découpe pour faire les suivantes plutôt que de refaire une mesure « identique » ; c’est plus précis.

Ensuite, il faut pré-trouer les tasseaux dans lesquels passeront les fils à linge.

Les trous dans un renfort. Sous le renfort, le côté du même étage

J’ai tout d’abord troué chaque paire de renforts l’une sur l’autre (pour que les trous soient au même endroit), puis chaque côté en utilisant un renfort comme gabarit.

Pour l’étage de 45cm, nous avons 4 paires de fils espacés comme suit :

Pour l’étage de 70cm, 6 paires de fils :

Une fois les tasseaux troués, on peut les assembler avec une vis de 4×70 par raccord, en prenant soin de les assembler d’équerre :

On commence par les coins
On prépare les trous pour les renforts, à 70cm de chaque bord
On fixe les renforts

Une fois que tout ceci est assemblé, on peut passer à la rigidification, avec nos 24 équerres à visser avec 96 vis de 4×30 :

Une équerre de renfort (il n’y en a qu’une par côté de renfort, c’est suffisant)

Puis on ponce tout ça le mieux possible : c’est du bois de bardage, plein d’échardes qu’on n’aimerait pas retrouver à faire des trous dans les vêtements :

Suivi d’un coup de lasure (c’est pour faire sécher du linge, autant que le bois ne soit pas trop humide) :

Et on laisse sécher avant de continuer.

Une fois que tout est sec, on prépare la quincaillerie pour accrocher nos cadres au mur : tout d’abord les charnières (encore 27 vis de 4×30)

Je commence par la vis du milieu pour pouvoir les mettre bien droites

On coupe la chaîne (4 fois un mètre et 2 fois 63cm) :

Puis on la fixe aux côtés avant des cadres, en réutilisant les vis du montage initial. J’intercale une rondelle entre cadre et chaîne, et une rondelle entre chaîne et tête de vis :

On peut maintenant installer les cadres au mur. Pour cette opération c’est plus simple d’être deux. Il faut en effet positionner un cadre à la hauteur désirée (nous avons commencé par celui du haut pour une position d’étendage confortable), noter la hauteur et la position d’une charnière de côté, mettre le cadre de côté, faire un trou au bon endroit, remettre le cadre en vissant une seule vis, l’horizontaliser dans le sens de la longueur.

Abi m’aide à tenir le cadre pour mettre une deuxième vis

Faire un trou de l’autre côté et visser une vis, puis prendre les repères des autres trous à faire. Ré-enlever le cadre, faire tous les trous pour les charnières, remettre le cadre, visser toutes les vis des charnières.

Une charnière installée au mur

Horizontaliser le cadre dans le sens de la profondeur, noter l’emplacement des trous des chaînes, et enfin visser les chaînes au mur.

La chaîne de droite du deuxième cadre

Tant que les chaînes ne sont pas installées, une deuxième personne pour tenir le cadre et éviter que son poids ne force les charnières vers le bas est une bonne idée.

Les trois cadres en place

L’étape suivante est beaucoup plus simple. Il faut positionner, puis visser les arrêts de volets, chacun avec deux vis.

Détail d’un arrêt de volet

Pour celui du haut, qui est à 2,40m de hauteur, le seul moyen de le manipuler sans escabeau est d’ajouter un système de corde et de poulie !

Fabrication des flancs de la poulie avec une scie cloche et une chute de parquet
La poulie assemblée, un sandwich d’écrous et de rondelles
Les trois cadres tiennent maintenant contre le mur

On passe ensuite à l’installation des crochets : une ligne de crochets à gauche, là où l’on accrochera les tendeurs de câble. Pour finir de visser les crochets sans vous détruire les doigts, utilisez une clé à molette.

Sur la face avant du cadre le plus haut, j’ai installé une ligne de crochets, installés à 30° et espacés chacun de la largeur d’un demi-cintre. Ils permettront d’accrocher du linge sur des cintres sans que les vêtements ne se touchent.

J’ai ensuite agrafé le filet sur le cadre du bas :

Avec beaucoup d’agrafes, pour que ça reste plat

Il reste à installer les câbles. Pour les fixer sur le bord droit, j’ai d’abord agrandi les trous vers un diamètre de 5mm afin de pouvoir faire une boucle avec le câble. On met ensuite une rondelle de 18mm, puis deux rondelles de 10mm et on fait repasser le câble dans la rondelle de 18 afin qu’il ne puisse pas ressortir :

Lorsqu’on tendra le câble, il se coincera. J’ai utilisé deux rondelles de 10mm, une seule se tordait :

2 rondelles de 10 versus 1 seule

Ensuite il reste à tendre les câbles avec les tendeurs et une clé à molette.

Et voilà : la chose est prête !

L’étendoir replié
L’étendoir ouvert, vu de l’escabeau
  •  
  •  
  •  
  •