Archive for the 'Bricolage' Category

DIY: Configuration d’un lecteur de musique réseau

samedi, décembre 8th, 2018

J’ai reçu à mon anniversaire une petite chaîne hifi pour le salon du haut/chambre d’amis, et j’ai voulu lui adjoindre un lecteur réseau pour pouvoir lire notre musique facilement, comme dans la salle de vie en bas.

En bas, j’avais eu la chance de tomber sur un Pioneer N-30 d’occasion, parce qu’à 500€ neuf, pas moyen que je l’achète autrement. Par contre pour haut ça n’a pas été possible car

  • y’en avait pas à un prix acceptable
  • ça aurait été moche comme tout avec ce petit set Sony TA-88/ST-88, non ?
Sony TA-88, ST-88 (et casque Pioneer SE-L40)

Je me suis donc décidé à en monter un moi-même. Pour faire un truc comme ça, la meilleure solution, c’est un Raspberry. Les Raspberry, c’est, en gros, un ordinateur de la taille d’une carte de crédit et de la puissance d’un ordinateur de 2010. Ça fonctionne sous Linux, il y a énormément de ressources sur Internet sur le sujet et, bien que je n’irai pas jusqu’à dire que tout le monde peut s’y mettre, c’est quand même une des portes d’entrées les plus larges pour commencer à adapter du logiciel à ses besoins. 

Les courses

J’ai donc fait une liste de courses (dans laquelle j’avais déjà quelques éléments qui traînaient, mais je mets tout pour celleux qui partent de zéro) :

L’installation

J’ai choisi de tester (puis j’ai adopté) Runeaudio, une distribution Linux Raspberry qui fait exactement ce que je cherche : lecture de fichiers audio à travers un partage réseau, et « récepteur » AirPlay et DLNA. 

J’ai téléchargé la version Runeaudio 0.5 beta 20180903, qui supporte le Pi 3B+. Attention, il y a plusieurs liens de téléchargements. Bien prendre la version pour le Pi 3B+, à savoir 20180903_runeaudio_rpib2.img.gz.

Ce fichier se dézippe, puis on l’écrit tel quel sur la carte microSD à l’aide d’un logiciel spécialisé (dd sous Linux). Raspberry fournit des documentations pour le faire à partir de Linux, Windows ou OS X. Ils le disent clairement mais ça ne fait pas de mal de le répéter : faites très attention au périphérique de destination, ou vous pourriez écraser le mauvais disque.

Il faut ensuite configurer deux choses : l’écran tactile, et le DAC. Pour le DAC, c’est très facile : il n’y a rien à faire.

Pour l’écran tactile, le manuel très fin qui vient avec nous indique de modifier et/ou ajouter quelques lignes au fichier /boot/config.txt, qui se trouve à la racine de la première partition de la carte SD (d’environ 100Mo) :

max_usb_current=1
hdmi_group=2
hdmi_mode=87
hdmi_drive=1
hdmi_cvt=1024 600 60 6 0 0 0

Attention, certaines de ces lignes sont déjà là et doivent être modifiées ou décommentées. Personnellement j’ai aussi ajouté :

display_rotate=3
lcd_rotate=3

Car je voulais mettre l’écran en mode paysage. Ces paramètres pivotent l’écran, mais pas la matrice tactile, pour laquelle il faut modifier le fichier /etc/X11/xinit/xinitrc, qui se trouve dans la deuxième partition de la carte SD (d’environ 4Go), pour y ajouter la ligne :

xinput --set-prop "WaveShare WS170120" "Coordinate Transformation Matrix" 0 -1 1 1 0 0 0 0 1

Il reste à pré-configurer le Wifi, pour ne pas avoir à brancher de câble réseau. Cela se fait dans le fichier /etc/netctl/wlan0 (à créer, sans extension) :

Description='wlan0 connection'
Interface=wlan0
Connection=wireless
Security=wpa-configsection
IP=dhcp
WPAConfigSection=(
'ssid="
VOTRE_POINT_DACCES"'
'psk="
VOTRE_CLE_WPA"'
'key_mgmt=WPA-PSK'
'proto=WPA'
'group=TKIP'
'pairwise=TKIP'
'priority=3'
)

On peut maintenant assembler les différents éléments et démarrer le Pi !

Connexions et démarrage

La première étape sera de souder les broches du DAC, ainsi que ses prises RCA, et de souder le jack d’alimentation sur l’entrée du convertisseur 12-5V (ne pas confondre le plus et le moins surtout, utilisez un multimètre si nécessaire). J’ai utilisé des câbles pour pouvoir les faire sortir où je le voudrai sur le châssis.

Le jack d’alimentation
Les soudures du DAC

Ensuite, on branche le DAC sur le port d’extension du Raspberry.

Installation du DAC

On branche un câble USB – Micro USB du convertisseur vers l’entrée du Pi.

Câble d’alimentation

On branche le côté data (fil épais) du doubleur de puissance USB sur un port du Pi, puis le côté « power only » sur une autre sortie du convertisseur (ceci est nécessaire car l’écran consomme plus que ne peut fournir le Pi sur un port USB).

Doubleur de puissance USB

On branche un câble USB – Micro USB du doubleur vers l’entrée USB de l’écran.

Câble USB vers l’écran
Câble HDMI vers l’écran

On branche le câble HDMI.

On met la carte SD, et on branche l’alimentation. L’écran n’est pas utilisé par défaut sur Runeaudio; il faut donc, une fois le Pi démarré, se connecter par un navigateur à http://runeaudio.local/ (ou http://runeaudio.lan/ ou http://runeaudio/, cela dépend des box internet. Au pire, il faudra aller récupérer son IP sur la box, puis s’y connecter directement.

De là, on peut aller activer l’écran LCD par le Menu, puis Settings : Local browser :

Choix du local browser

On peut aussi en profiter pour activer le DAC (choisir HifiBerry DAC dans la liste dans Settings, puis redémarrer le Pi) :

Choix du module noyau hifiberry-dac

Il faut aussi régler la sortie de MPD sur le DAC après redémarrage :

Réglage de MPD

Et voilà, la partie informatique/logicielle est prête. Il reste à mettre tout cela dans une belle boîte, ce qui fera l’objet d’un deuxième article.

DIY : Fabriquer un placard à épices

samedi, novembre 10th, 2018

Pour faire de la place dans notre placard de cuisine, on s’est dit que les épices seraient vraiment mieux ailleurs – on en a pas mal. Mais où ? On avait 9 centimètres de perdus entre le mur et le frigo, et on s’est dit qu’un genre de tiroir-placard coulissant ferait parfaitement bien le job. On a trouvé des pots de 6cm de diamètre, j’ai changé les proportions de l’étagère à vernis à ongles que j’avais fait pour Abi, et je me suis lancé dans le plan :

Les dimensions retenues sont 1 m de haut par 46.6 de large. Les étagères sont espacées de 14cm (12.2cm entre le haut d’une étagère et le bas de la suivante). Cela permet de mettre 49 pots de 6cm de diamètre, 7 par étage.

La liste des pièces.

Je n’ai pas pris de photo du montage, j’ai oublié. Il est assez simple : chaque planche d’aulne est vissée au fond – le plus difficile est de placer les étagères au bon endroit. Pour ma part je commence avec les montants verticaux, qui sont faciles à positionner ; puis avec chaque étagère, dont le bas est à 14cm du bas de la précédente. En faisant des pré-trous, puis en vissant d’un côté, puis de l’autre par en dessous, cela fonctionne bien. Pour la deuxième et l’avant-dernière, on visse avec une glissière.

Ensuite il reste à coller les rebords anti-chute, à l’étagère et sur les côtés. Puis vernir.

L’installation au mur nécessite d’être deux personnes, pour que l’une soutienne le placard pendant qu’une deuxième visse les glissières au mur.

Et voici le résultat :

 

DIY : Fabriquer une table de pique-nique

mercredi, août 15th, 2018

Ça faisait longtemps qu’on n’avait rien fabriqué… Et c’est l’été, le moment où on a envie de manger dehors, et pas de table pour ça !

Abi voulait une grande table, et une table de pique-nique pour ne pas se poser de questions sur « a t’on assez de chaises, où sont les chaises, les chaises sont trop serrées, etc ».

On a regardé ce qui se faisait sur Internet, et le rapport qualité-prix fait pitié un peu partout, donc on s’en est fait une tous seuls.

Les dimensions : 2 mètres de long, 75cm de haut, plateau de 80cm de large, assise à 45cm du sol et 30cm de large.

Voici le plan :

Vous pourrez retrouver le plan sur la 3D Warehouse de Sketchup.

Nous aurons besoin de :

  • 9 planches de 200cm (5 pour le plateau, 2 par banc)
  • 6 planches de 80cm (4 pour les pieds, 2 en support plateau)
  • 2 planches de 142cm (pour les supports des bancs)
  • 2 planches de 60cm (pour lier les pieds au plateau sur l’axe longitudinal)

La section des planches est de 150mm de large par 50mm d’épaisseur, sauf pour les supports plateau ou l’on a recoupé à 90mm de large pour avoir plus de place pour les jambes.

Pour les angles des pieds, on a choisi un angle d’environ 20°. On enlève sur chaque pied, un triangle rectangle de chaque côté dont le petit côté fait 5.45cm. Cela fera un pied d’une hauteur de 70cm, et avec l’épaisseur du plateau, la table sera à 75cm de haut.

Pour les supports de plateau et les supports de banc, nous avons choisi de recouper un angle de 20° aussi, pour l’esthétique.

La liste de courses est donc la suivante :

Et pour celleux qui n’ont pas de voiture,

  • Livraison (60€)

Le budget de 150€, 210 livré, est donc absolument compétitif avec les modèles qu’on peut trouver sur internet.

L’outillage nécessaire est limité :

  • Une scie plongeante ou scie sauteuse, capable de couper une épaisseur de bois de 5cm. On peut s’en passer et scier à la main contre pas mal d’huile de coude.
  • Une perceuse/visseuse pour faire les pré-trous pour les vis, fraiser les planches et visser les vis. On peut visser à la main mais c’est quand même mieux d’avoir une perceuse pour les pré-trous et le fraisage.
  • Une ponceuse et du papier à poncer (grain 40, 120, 400). On peut se passer de ponceuse contre pas mal d’huile de coude.
  • Pinceau pour lasurer

La réalisation est ensuite assez simple.

Étape 1 : la découpe.

  • 4 planches de 4m => 8 planches de 200cm
  • 1 planche de 4m => 1 planche de 200cm + 2 planches de 80cm
  • 1 planche de 4m => 4 planches de 80cm + 1 planche de 60
  • 1 planche de 4m => 2 planches de 142cm + 1 planche de 60

Pour les angles des pieds : le plus simple est de faire un pied, puis les autres sur le modèle du premier pour être sûr⋅e qu’ils sont identiques.

Étape 2 : ponçage. Pas la peine d’y passer énormément de temps, il s’agit d’enlever les pires échardes. On reviendra au ponçage du plateau et des bancs à la fin.

Étape 3 : assemblage des pieds. Il faut ici bien prendre le temps d’assembler les planches d’équerre et centrées. En particulier, les supports des bancs doivent arriver à 40cm du bas des pieds, de manière à ce que l’assise soit à 45cm une fois les bancs posés. Nous avons d’abord assemblé un pied, puis le deuxième en alignant tout avec le premier. Les croisements des pieds avec les supports de banc sont vissés avec deux fois cinq vis, les croisements avec les supports de plateau avec deux fois trois vis.

Étape 4 : On lasure les pieds, ainsi qu’une face (qui sera le dessous, choisissez les côtés les plus abîmés) de chaque planche de 2 mètres, et leurs côtés (ce serait assez difficile à faire après assemblage) :

Étape 5 : on monte les renforts longitudinaux, puis on les lasure :

Étape 7 : une fois tout cela sec, on assemble les pieds avec la planche centrale du plateau (prendre soin de bien centrer et d’avoir les pieds orthogonaux à la planche du plateau), puis on ajoute les planches suivantes du plateau ainsi que des bancs. Chaque planche est vissée à chaque pied par deux vis.

Étape 8 : On ponce, cette fois de manière extensive (afin de pouvoir s’assoir en short sans prendre d’écharde), le plateau et les bancs. Puis on lasure le tout.

Et voilà le résultat : une belle table, solide et qui a quand même une autre tête que ce que vous avez pu voir sur internet.

DIY: Automatisation de la cafetière

samedi, juin 16th, 2018

Ma cafetière a récemment arrêté de faire du café filtre : l’eau ne chauffait plus et ne passait du coup plus dans le filtre. La partie expresso fonctionnant toujours, j’avais pas super envie de la jeter du coup, car c’est une chouette cafetière qui fait du bon café.

Après une analyse technique, principalement un démontage de la cafetière pour réaliser que la résistance chauffante au fond n’était plus alimentée, j’ai trouvé que le relais commandé par le petit bouton était mort. J’ai commencé par brancher un fil électrique normal à la résistance, et vérifier que tout fonctionnait parfaitement quand on branchait ça.

Par contre, fallait pas oublier de débrancher la cafetière après usage, mon montage hyper simple étant, donc, « always on ».

Je me suis dit qu’en branchant la prise directement sur une prise domotique, j’avais moyen d’allumer et d’éteindre la cafetière sans débrancher la fiche, et même de déclencher l’allumage automatiquement à 7h du matin ! (j’ai commencé à domotiser la maison, j’en ferai un post à l’occasion).

Avantages :

  • Plus besoin de brancher/débrancher la prise du mur
  • Plus besoin de bricoler la cafetière, on pouvait la considérer suffisamment fonctionnelle
  • Le café automagique le matin !

Par contre il y avait aussi des inconvénients :

  • Déclenchement « magique » du café le matin,… même si on oublie de préparer le café le soir !
  • Obligation d’aller sur l’interface domotique (via smartphone ou sur le contrôleur du mur de l’entrée) pour allumer la cafetière à un autre moment de la journée
  • Obligation de penser à retourner l’éteindre par l’interface une fois le café coulé.

J’ai donc commencé à réfléchir à ce que je voulais pouvoir faire, et voici la liste des fonctionnalités voulues :

  • Allumage automatique du café le matin, mais seulement s’il est préparé
  • Extinction automatique une heure après l’allumage, pour éviter de l’oublier des heures et des heures
  • Utilisation aussi simple qu’avant : ne pas avoir besoin de dégainer une interface web pour refaire une cafetière pendant la journée

Pour cela, je me suis attelé au câblage et à la programmation d’un Arduino doté de :

  • Un adaptateur secteur USB démonté, pour alimenter l’Arduino
  • Un relais pour commander la cafetière
  • Un interrupteur pour commander l’allumage / extinction du relais
  • Une LED indicatrice de l’opération en cours
  • Un détecteur de niveau d’eau

Ce petit montage serait ensuite branché sur une prise domotique, allumable et éteignable sur commande ou à des heures pré-indiquées dans mon interface domotique.

L’algorithme de cet Arduino est assez simple, voici sa fonction principale :

  • Au démarrage (c’est à dire lorsque la prise domotique lui donne du courant)
    • il lance la fonction [essayer de faire du café]
  • Puis, tant que l’Arduino fonctionne :
    • Si on touche à l’interrupteur
      • si le café était en cours
        • il lance [arrêter de faire du café]
      • sinon
        • il lance [essayer de faire du café]
    • Sinon
      • si le café est en cours et que ça fait une heure
        • [arrêter de faire du café]

Ses sous-fonctions sont donc [essayer de faire du café], et [arrêter de faire du café].

La fonction [essayer de faire du café] doit juste :

  • Vérifier s’il y a de l’eau. Si oui,
    • allumer le relais pour alimenter la cafetière
    • allumer la LED pour indiquer qu’on fait du café
  • Sinon,
    • faire clignoter la LED quatre fois pour indiquer que ça ne sert à rien d’allumer la cafetière vide.

La fonction [arrêter de faire du café] est encore plus simple :

  • éteindre le relais pour arrêter d’alimenter la cafetière
  • éteindre la LED.

Les branchements électriques, eux aussi sont assez simples (à part qu’il faut pas mal de fil pour atteindre les différents endroits de la cafetière) :

  • Une prise électrique trois broches normale (phase, neutre et terre)
  • La phase et le neutre alimentent l’adaptateur USB, puis
  • Le neutre et la terre vont directement à la résistance chauffante de la cafetière, tandis que
  • La phase fait un détour par les broches NO (« Normalement Ouvert ») du relais, ce qui permet de couper le courant vers la cafetière
  • Et enfin, le côté USB (+5V) de l’adaptateur va aller alimenter l’Arduino ainsi que le relais et le capteur de niveau d’eau.

Il reste les branchements électroniques :

  • La patte « Signal » du capteur de niveau d’eau va sur une broche analogique de l’Arduino (A1 dans mon cas, configurée en INPUT)
  • La LED, en série avec une résistance de 220Ω est branchée à la masse et à une broche numérique de l’Arduino (D2, configurée en OUTPUT)
  • L’interrupteur est branché à la masse et à la broche D6 de l’Arduino, configurée en INPUT_PULLUP, ce qui évite d’avoir besoin d’utiliser une résistance et une alimentation
  •  La patte « Signal » du relais, sur la broche D10 de l’Arduino, configurée en OUTPUT aussi.

Le schéma de câblage

Vous pouvez retrouver le schéma de câblage au format Fritzing ici, et le code source Arduino là.

Après il ne restait plus qu’à souder, tester :

J’ai mis beaucoup plus de temps que je n’aurais voulu à souder, parce que je me suis gourré de soudure et j’ai pris la pourrie. C’est incroyable à quel point ça complique des choses qui sont censées être simples.

Bref, après un peu de travail supplémentaire d’assemblage, ça donne ça :

Vue de l’arrière

Vue de l’avant

Et voici une petite démonstration de l’allumage automatique (sans eau : ça clignote puis se rééteint) puis manuel (idem).

 

DIY: Étagères à vernis/maquillage

lundi, mai 28th, 2018

Ma copine commençait à manquer de place pour ranger ses vernis à ongles et son maquillage, il a fallu passer à la taille supérieure d’étagère. Histoire d’avoir le temps de voir venir, on a préparé les plans d’un meuble le plus grand possible tout en restant esthétique.

On est donc partis sur une taille de 162cm x 85cm, avec 7 étagères de 5cm de profondeur. Le plan :

Hey Josh, ça faisait longtemps

J’ai commandé le bois prédécoupé (de l’aulne en 18mm d’épaisseur) chez La Boutique du Bois, car mon rail de scie plongeante ne fait qu’un mètre vingt de long et je voulais des étagères bien rectilignes. Pour les rebords en face avant ainsi que le fond, j’ai utilisé du contreplaqué peuplier de 5mm.

J’ai dû couper moi-même les rebords, car la Boutique du Bois ne découpe pas de bandes si étroites (3.5cm). En m’appliquant, malgré le rail trop court, c’est presque parfait.

Les étagères et bords du meuble sont collés plus vissés par le fond (une vis tous les 10cm pour les montants verticaux, une vis tous les 30cm pour les étagères horizontales).

Les rebords sont collés à la colle à bois.

Enfin, j’ai collé des chutes de contreplaqué derrière pour éviter que les 56 vis ne frottent la peinture du mur, puis nous avons accroché le meuble au mur à l’aide de six équerres chaise (4 en bas, 2 en haut) de façon à faire une fixation quasi-invisible.

Une bonne dose de vernis plus tard, voici le résultat :

Vu de profil

Et une fois commencé à remplir, ça donne ça :

Il en manque environ 30% là

Personnellement je suis content du résultat, et plus important, Abi l’utilisatrice finale aussi !

news for few, stuff no-one cares about