Première sortie escalade en falaise !

Dimanche, Clo m’a fait une super surprise de fête des pères et m’a emmené au pied du Roc d’Anglard, à Saint-Antonin Noble Val, grimper en compagnie de Pascale et Gildas et d’Ariane et Olivier. Ça fait maintenant plus d’un an que j’ai commencé l’escalade avec mes collègues et j’arrive à peu près au niveau 6b. Mais jusqu’ici je n’en avais fait qu’en salle, à Altissimo Saint-Martin. La salle est super, avec une partie bloc et une partie voie ; mais ça reste du mur artificiel avec des prises de couleur à suivre.

Dimanche, j’ai donc découvert plusieurs choses que je ne connaissais pas.

Tout d’abord, au pied de la falaise, on a l’embarras du choix pour commencer la voie (ou pas !). Pas de couleur pour se guider, juste une direction générale, celle de la prochaine plaquette… Et parfois il faut tâtonner, ou faire un léger détour pour se simplifier la vie.

Au pied de la falaise (en moulinette)

Jusqu’ici, en salle, je n’avais jamais grimpé qu’en moulinette (où la corde est déjà passée en haut de la voie, et redescend, ce qui suspend le grimpeur qui chute. En falaise par contre, lorsque la corde n’est pas encore placée, il faut grimper « en tête », c’est à dire que sur chaque plaquette rencontrée (tous les un à deux mètres), il faut poser une dégaine puis y accrocher la corde. Lorsque l’on dépasse ensuite la dégaine, on est au-dessus du point d’assurage, et une chute fait redescendre de deux fois la distance qui nous sépare de ladite dégaine. C’est donc avec beaucoup plus de précautions que j’ai entrepris chaque passage difficile, et je n’ai pas expérimenté cette fois ce qu’on appelle un vol. La confiance dans l’assureur et dans le matériel me semble indispensable pour grimper en tête sans avoir (trop) peur du vol… C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai refusé d’assurer les autres, car je n’ai pas (encore) appris à assurer avec un 8.

En tête (gnnnn c'est loin)

Une fois arrivé en haut de la voie, on rencontre un anneau souveau doublé d’une chaîne. Il sert à y passer la corde afin de pouvoir redescendre en moulinette sans laisser de matériel : on récupère les dégaines en redescendant. Pour installer cette moulinette, il faut d’abord se vacher, c’est à dire s’accrocher solidement à l’anneau à l’aide d’une longe adaptée et d’un mousqueton adapté lui aussi. Une fois vaché, l’assurage ne sert plus : on est accroché à la paroi par la longe. Il faut alors passer la corde d’assurage dans l’anneau sur le mur, puis la défaire du baudrier. Ceci doit être fait dans cet ordre afin d’éviter de laisser malencontreusement tomber la corde, et se retrouver coincé là haut en attendant les secours. J’ai donc fait ma première ascension en tête après m’être entraîné à la manoeuvre à terre :-) et j’ai malgré tout réussi à me tromper, en passant ma corde dans le mousqueton de ma vache au lieu de l’anneau du mur… Et j’ai donc recommencé la manoeuvre deux fois. (Je précise à l’attention de ma Maman que cette erreur n’était pas dangereuse, ç’aurait été impossible de se dé-vacher sans réaliser le problème. Ne t’inquiète pas Maman :-)

Vaché

Les fois suivantes je ne me suis pas trompé :-)

Au final, j’ai beaucoup aimé cette journée (dont j’ai mis plus de photos sur cet album) et j’espère bien y retourner cet été !

  •  
  •  
  •  
  •