L a   v i e   d ' u n
é t u d i a n t   à
T o u l o u s e



·1ère année
  ·l'étudiant
  ·habitudes
    ·les corvées
    ·les études
  ·temps libre
    ·le week-end
    ·le soir
  ·famille

·2ème année
  ·entre 1 et 2
  ·ambiance 2° année
  ·différences
    ·scolaires
    ·personnelles
  ·plus tard
  ·avril enfin

·En CDI
  ·responsable
  ·travail
  ·startup
  ·coupure
  ·changement
  ·plus de changement

·Retour à Toulouse
  ·nouveau boulot
  ·explosion
  ·télétravail
  ·paris-toulouse
  ·fin 2001
  ·voyage

·Adulte
  ·Better and better
  ·2005-2009
  ·2009-2014

·Livre d'or


Email
Un étudiant à Toulouse :

>La vie avance, tremble et change




Ma startup a coulé en 2010. Elle a été reprise, j'ai été ré-embauché. Nous n'étions plus que cinq, ça marchait bien, on travaillait fort et bien, ça avançait vite.

On a changé la Mazda 2 pour prendre une plus grosse voiture, en prévision d'un deuxième. Un C-Max.

Avec Clo et Paul, on est partis en vacances à vélo. C'était chouette, sauf la tendinite que je me suis faite, qui a traîné des mois.

Clo est tombée enceinte, et en 2011, Gaspard est né. Un adorable bonhomme, qui nous a tant fatigués pendant ses dix premiers mois où il ne faisait pas ses nuits... Un petit bourré d'énergie et de volonté, qui s'est fait sa place, qui s'est fait aimer, au sein d'une famille exténuée.

Clo est restée en congé parental pendant dix mois. Pendant ce temps, ma startup reprise a recoulé. J'ai été embauché dans l'entreprise où Yann travaille ; ce n'est pas toujours facile de travailler avec son ancien meilleur ami lorsque presque dix ans ont passé.

De fatigue et de stress, j'ai mal au dos, au bras, aux jambes. J'alterne kiné, anti-inflammatoires et examens sans que rien n'y fasse, et je démissionne. Mon boss me fait des propositions très dures à refuser, pour que j'essaie encore un an, et j'accepte.

Clo reprend le boulot, du mieux qu'elle peut. Après la naissance de Gaspard, elle a fait une dépression du post-partum, et personne n'a rien vu pendant des mois. Au boulot, son boss l'impressionne, mais elle s'en sort.

En 2012, on déménage, on a enfin trouvé une jolie petite maison à louer, avec un jardin, une grande chambre pour les enfants. On y est bien, on l'aménage à notre goût.

En 2013, on avance, la tête dans le guidon, tous les jours la routine, se lever, les enfants à préparer, partir, bosser, rentrer, s'occuper des enfants, se retrouver au calme, dormir.

En 2014, j'ai appris à gérer mon stress, je vais mieux. Je n'ai plus mal aux jambes, ni au dos. Reste le bras, mais je refais du vélo, ça fait du bien. Je peux gérer les ennuis du boulot, ce n'est pas le centre de ma vie, ni son but. Le reste me rend heureux.

Clo remonte la pente aussi. Elle est allée voir un psy, régulièrement. Ça lui fait du bien ; elle se cherche et se retrouve petit à petit.

Les enfants grandissent, c'est l'été, Paul va passer en CP, Gaspard va entrer en maternelle. Ils s'en réjouissent. Paul a passé une année difficile, il est très sensible et l'école, qu'il adore, le fatigue et lui en demande beaucoup. Il est fier et impatient d'arriver en CP.

Juin 2014, ça fait une semaine que je ne comprends pas ce qui se passe avec Clotilde, je demande si quelque chose ne va pas.

Elle a décidé de me quitter. Elle est partie avec un collègue de travail. Ça m'a bien démoli, je n'avais rien vu venir. Ça a été dur avec les enfants au début. Les choses ont pris quelques mois à se tasser. Et puis ça va mieux. Me voilà divorcé, mais me voilà surtout dans une bien meilleure relation avec les enfants. Me voilà dans une vie pleine de surprises, pleine d'envies. Me voilà... plus vivant ! 2015 commence bien.

 
Suite...