L a   v i e   d ' u n
é t u d i a n t   à
T o u l o u s e



·1ère année
  ·l'étudiant
  ·habitudes
    ·les corvées
    ·les études
  ·temps libre
    ·le week-end
    ·le soir
  ·famille

·2ème année
  ·entre 1 et 2
  ·ambiance 2° année
  ·différences
    ·scolaires
    ·personnelles
  ·plus tard
  ·avril enfin

·En CDI
  ·responsable
  ·travail
  ·startup
  ·coupure
  ·changement
  ·plus de changement

·Retour à Toulouse
  ·nouveau boulot
  ·explosion
  ·télétravail
  ·paris-toulouse
  ·fin 2001
  ·voyage

·Adulte
  ·Better and better
  ·2005-2009
  ·2009-2014

·Livre d'or


Email
Un étudiant à Toulouse :

>Entre 1ère et 2ème année





Il n'y a pas que l'IUT dans la vie... Et cet été n'a pas été aussi vide qu'il aurait pu l'être sans ma chance légendaire. Oui, je l'avoue, tout n'a été qu'une question de chance.



Cette chance ayant été déclenchée par un mail anodin de mon oncle, fin juin : il avait entendu dire que la boîte de recherche où il travaille, l'INRIA (si vous connaissez, tant mieux, sinon : www.inria.fr), recherchait deux stagiaires, un pour juillet, pour faire l'inventaire de leur parc informatique, et l'autre pour début août, pour des travaux de secrétariat.



Etant à la recherche de travail, pour gagner un peu de sous, j'ai répondu avec un petit mail et mon CV, sans même y croire, car l'INRIA est quand même une entreprise d'une autre dimension que celles où j'avais travaillé jusqu'alors, et bien que les emplois proposés soient peu motivants, j'ai aussi pensé à mon CV...



La chance a continué, car non seulement j'ai été embauché, mais en plus pour juillet et août entiers, et pas pour les emplois en question mais pour un travail bien plus passionnant : la création d'un logiciel client-serveur en Java. Je ne détaillerai pas ici le rôle de ce logiciel car ce n'est pas l'objet de cette page, mais il faut bien dire que j'ai passé deux mois à apprendre beaucoup de choses passionnantes, sous la "tutelle" d'un patron que je souhaiterais à tous.



Il faut bien dire que j'ai été embauché uniquement parce que j'étais le seul candidat à s'être proposé, d'une part, et d'autre part parce que la personne qui a reçu mon CV a pensé que je valais mieux que l'inventaire - je ne l'ai vu qu'une fois, mais je la remercie beaucoup !


En plus - eh oui, j'ai vraiment eu beaucoup de chance, j'ai rencontré là-bas mon amoureuse, que j'espère être la Femme de ma Vie. Evidemment, il faudrait peut-être penser à garder la tête froide, mais... je n'y arrive pas. Bien sûr, ça s'est concrétisé grâce à elle, dans les 5 minutes précédant mon départ définitif, le 31 août à 18 heures sur le quai de la gare de Versailles. Mais ça c'est de ma faute, et ça n'a rien empêché par la suite.
 
Suite...