L a   v i e   d ' u n
é t u d i a n t   à
T o u l o u s e



·1ère année
  ·l'étudiant
  ·habitudes
    ·les corvées
    ·les études
  ·temps libre
    ·le week-end
    ·le soir
  ·famille

·2ème année
  ·entre 1 et 2
  ·ambiance 2° année
  ·différences
    ·scolaires
    ·personnelles
  ·plus tard
  ·avril enfin

·En CDI
  ·responsable
  ·travail
  ·startup
  ·coupure
  ·changement
  ·plus de changement

·Retour à Toulouse
  ·nouveau boulot
  ·explosion
  ·télétravail
  ·paris-toulouse
  ·fin 2001
  ·voyage

·Adulte
  ·Better and better
  ·2005-2009
  ·2009-2014

·Livre d'or


Email
Un étudiant à Toulouse :

>La famille





Forcément, à six cents kilomètres de distance, on ne peut pas revenir tous les week-ends.



Mais ma famille ne me manque pas trop, parce que nous avons trouvé un moyen de se donner des nouvelles tous les jours sans pour autant que le banquier nous convoque à chaque facture de téléphone : les e-mails.



J'envoie un e-mail par jour à Maman, et elle me répond tous les jours aussi. De temps en temps, en plus, j'écris à ma soeur Angèle, qui a deux ans de moins que moi et de laquelle je suis très proche ; lorsqu'on était petit, on a tout fait ensemble, à part apprendre à marcher (quand même) : apprendre à nager, à faire du vélo (elle n'était pas très forte, quand elle partait sur le bas-côté elle enlevait les mains du guidon pour arriver droit dans les ronces)...



En plus, comme mes parents ont plus de sous que moi, ils peuvent acheter plein de cartouches d'encre (je leur ai même appris à la changer eux-mêmes), et donc tous les e-mails depuis le 10 septembre 98, dans les deux sens, sont imprimés et classés, ce qui commence à donner un tas imposant, avec au moins deux fois une page par jour...



J'avoue que c'est un peu plus difficile que de téléphoner. Il faut parfois se motiver pour trouver des choses à dire lorsque la journée à été particulièrement morne. Mais, comme j'aime bien taper "à la machine", je n'ai pas trop de mal à tenir le rythme.



Et aussi, de temps en temps un membre de la famille (Maman, Papa, ou Angèle) vient passer un week-end dans ma minimaison, et c'est toujours très sympa, on va au cinéma, au resto, on visite Toulouse...

(et surtout, je mange des bonnes choses, et pas que des conserves...)



En fait, cela suffit à supporter l'éloignement. De toutes façons, je pense que je ne suis plus trop jeune pour vivre seul.
Suite...