Colino Computing







[? visites]


Articles



Cet article a été posté le 8 juin 2002 sur fr.comp.infosystemes-pages.perso, un jour où j'en ai eu assez de voir les gens défendre leur OS et leur navigateur comme si rien n'importait plus :-)
La personne citée est Alain Naigeon, qui lui aussi en avait assez.
On Sat, 08 Jun 2002 17:45:49 +0200, Alain Naigeon wrote:

Hello Alain,

> Ceci dit,
> la tendance des défenseurs du logiciel "libre" à prendre les autres pour
> des beaufs est assez pénible, au point que la plupart du temps on n'y
> répond même plus, tellement c'est caricatural.

J'espère ne pas être concerné par cette phrase :-) J'avoue avoir un peu de
mal à comprendre pourquoi les gens préfèrent payer leurs logiciels pour
être obligés d'attendre les mises à jour et ne pas pouvoir faire ce qu'ils
veulent avec. Toutefois je me rends bien compte qu'en fait la plupart des
gens qui utilisent des logiciels propriétaires (ie, Windows
principalement, et du coup la logithèque disponible dessus) le font parce
que
a) c'est effectivement plus user-friendly, jusqu'ici (dans l'installation
surtout, à mon avis une fois installé un GNU/Linux est tout aussi sympa
à utiliser qu'un Windows)
b) L'habitude et la connaissance de Windows doit jouer aussi pour
beaucoup (peu de gens ont envie de repartir de zéro pour apprendre un
truc qui ne leur est pas indispensable),
c) La compatibilité avec les logithèques des copains (mais chut ;-) )
d) Et le fait qu'ils s'en foutent, en fait, tant que ça marche. Je
peux très bien comprendre que les gens ne soient pas disposés à faire
des efforts pour installer ce qui n'est pour eux qu'un outil (de
travail ou de loisir).

En fait je suis plutôt d'accord sur le fait que les utilisateurs de
logiciels libres sont un peu trop "geek", et je suis le premier à l'être;
mais pour moi par exemple l'informatique (et surtout ce qui se passe en
coulisses, derrière les icônes) est une passion depuis que j'ai neuf ans.
Comme d'autres font du maquettisme par exemple :)

> C'est un fantasme assez curieux ; est-ce que tu roules dans une bagnole
> (ou sur un vélo) "libre" ? Ou bien utilises-tu un de ces horribles
> véhicules buggués fabriqués par une grosse boîte avide de dollars et
> cotée en bourse ?

Ben, je suis pas tout à fait sûr que ta comparaison soit parfaite ;-)
Étant donné que si tu en as l'envie, tu peux tout à fait commencer par
apprendre comment ça marche (le moteur, les bougies, ...), puis
expérimenter (faire la vidange tout seul, changer les bougies, ... Il faut
juste être sûr de soi avant de changer les freins ;-) ), et faire pas mal
de trucs toi-même. Comme dans le logiciel libre en gros. Ok, ce n'est pas
parfait dans ce sens-là non plus, étant donné que tu seras toujours
dépendant du fabriquant qui te fournira les pièces, mais bon.

> Ah... le logiciel c'est autre chose, en dehors de quelques gourous
> barbus, tout est pourri. J'aimerais qu'on explique un jour la raison à
> cette exception "culturelle"...

La grosse différence entre le logiciel et à peu près tout le reste, c'est
que le logiciel en lui-même ne coûte rien - 30Mo de sources, 10Mo de
binaire, pour Mozilla, par exemple, ça ne coûte que quelques centimes de
stockage ; et ces octets sont, physiquement, duplicables sans perte
physique pour le "propriétaire" de l'original utilisé pour cette copie.
Évidemment, la partie du logiciel qui coûte est le travail fourni pour
créer ce logiciel. Les gens qui l'ont créé, dans le cas du logiciel libre
comme dans celui du propriétaire, y ont passé du temps, et y ont insufflé
de l'énergie.
Les producteurs de logiciels propriétaires, comme Microsoft, Apple ou
encore MicroApplication (j'en ai vu un rigoler, au fond ;-) produisent
leurs logiciels en /payant/ des gens pour, et considèrent que le source de
ces logiciels sont du domaine du secret industriel. Ils font donc payer
leurs logiciels pour rentabiliser leur investissement, et en conservent
les sources pour éviter de tarir leur source de revenus. Les développeurs
de logiciel libre sont, le plus souvent, bénévoles ; ceci ne veut pas
forcément dire qu'ils soient philantropes ou quoi que ce soit, mais avant
tout qu'ils ont ressenti un besoin, l'ont comblé en développant ce qui
leur manquait. Puis ils le mettent à la disposition d'autres personnes,
fournissant les sources. Pourquoi fournir les sources plutôt que de faire
un freeware ? Principalement parce qu'un logiciel distribué avec ses
sources va forcément finir par tomber entre les mains d'autres
développeurs, qui pourraient apprécier ce soft, et décider d'y ajouter des
trucs manquants ou d'y corriger des bugs. Ceci fait en général ils
envoient leurs modifications à l'auteur originel, et le logiciel évolue
très vite. L'auteur originel est donc en quelque sorte rémunéré par des
améliorations de son logiciel :) Un troisième existe ou des gens en payent
d'autres pour s'occuper du développement de logiciels libres. Par exemple
Wietse Venema, l'auteur de Postfix (un serveur SMTP), est payé par IBM
pour le développer. Là les raisons des payeurs sont variées, il y a
souvent une partie "image commerciale" qui entre en jeu, et de la même
manière, la partie "amélioration accélérée".

> Vous passez votre temps à cracher sur les outils choisis par les autres,

Je crache parfois sur les outils propriétaires, parce que je ne les aime
pas et je suis arrivé au point où utiliser Windows me stresse (et quand
Colin stressé, Colin cracher ;-). Mais ces petits postillons ne sont
destinés qu'aux outils suscités, à la limite à leurs créateurs (et encore,
c'est leur gagne-pain, c'est aussi le mien, donc bon) mais en aucun cas à
leurs utilisateurs.
Ma mère m'envoie ses mails avec "AOL 5.0 for Windows sub 116", crois-tu
que je lui cracherai dessus ? ;-) La plupart des gens ici présents, même
ceux qui utilisent des logiciels propriétaires, seront d'accord avec moi
pour penser qu'AOL est le summum du mauvais logiciel, en plus d'être plus
que propriétaire (ça c'était pour Céd ;-), et je ne manque pas de lui
signaler (à ma mère) à chaque fois que je le peux, mais ... Elle est
habituée à l'outil qu'elle utilise, elle n'est pas informaticienne, et
voilà, c'est tout.
Certains logiciels sont libres et d'autres non, mais tous les utilisateurs
le sont (libres), d'utiliser ce qu'ils veulent.

Voilà voilà, y'en a qui m'ont lu jusque là ? ;-)

--
Colin
Espérant avoir contribué à la compréhension mutuelle des deux mondes.


© 2002, Colin Leroy


Retour aux articles