Colino Computing







[? visites]


Articles



L'art de se renseigner sur la vie privée d'autrui.


Chacun a un jour désiré se renseigner sur un sujet qui ne le concernait pas du tout, et n'a pu le faire parce qu'il l'a demandé trop ouvertement.
Ce petit guide vous aidera à extorquer ce genre de choses à n'importe qui.

Il existe plusieurs méthodes, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients.

Tout d'abord, une méthode sans danger consiste à ne rien provoquer, à attendre l'occasion puis à en profiter pour diriger la conversation où l'on veut. Une fois que votre cible a abordé, d'elle-même, le sujet - même de façon évasive, à vous de resserrer le filet : "D'ailleurs...", "Au fait, je crois n'avoir pas tout saisi...", jusqu'à obtenir ce que vous vouliez savoir.
L'avantage de cette méthode est que la victime ne se doutera très probablement de rien (à moins que vous ne mettiez les deux pieds dans le plat ensuite), et croira que c'est elle qui a abordé le sujet - qui ne vous intéresse pas plus que ça (pense-t'elle).
L'inconvénient est qu'il vous faudra peut-être de la patience, beaucoup de patience, avant que le sujet en question soit abordé par hasard.

La deuxième méthode est relativement similaire à la première, sauf qu'il vous faudra aussi faire en sorte que la cible aborde (toujours elle-même) le sujet.
Ensuite le déroulement est le même que précédemment. La façon la plus douce et la plus détournée d'atteindre le but fixé sera la meilleure. Par exemple, essayez de provoquer chez la victime des associations d'idées qui lui donnera envie d'aborder ce sujet.
L'avantage est, de toute évidence, le même que précédemment ; d'autre part, l'inconvénient de l'attente se fera beaucoup moins sentir. Par contre, il vous faudra un peu plus de finesse, de tactique et de psychologie pour arriver à vos fins. C'est, à mon avis, la meilleure méthode après un peu d'entraînement.

La troisième méthode qui mérite d'être citée diffère des deux autres seulement dans la façon d'aborder le sujet - d'une manière générale, une fois le sujet atteint, la suite est plus facile.
Il s'agit d'aborder vous-même le sujet, sans vous brûler les ailes bien sûr. Encore une fois, évitez les allusions trop directes au cas de votre cible - évoquez ce qui vous intéresse en vous rapportant autant que possible à votre propre cas, ou encore à une tierce personne.
L'inconvénient majeur est que cette méthode est, de loin, la plus dangereuse des trois. La manoeuvre pourrait être sentie à dix kilomètres au moindre faux pas.

Dans tous les cas, marchez sur des oeufs et ne tentez jamais d'accélérer abusivement le processus.

Je ne parlerai pas des méthodes consistant à faire boire l'interlocuteur, elles sont beaucoup trop lâches, trop peu amusantes et de plus, elles montrent votre incompétence en la matière - de toute façon vous risquez de mal évaluer l'état de votre victime, et les conséquences sont faciles à prévoir. En plus, personnellement je n'aime pas boire.

Enfin, méfiez-vous de ce que d'autres personnes pourraient appliquer tout ceci sur vous.

© 2000, Colin Leroy


Retour aux articles